Prélèvement à la source : amortir le choc